Astuces magiques pour chasser la poussière

S’il est impossible (hélas) de gagner définitivement la bataille contre la poussière, il existe tout de même des solutions

pour retarder sa réapparition ! Comme l’on combat mieux ce que l’on connaît bien, voici tout ce qu’il faut savoir sur cet ennemi insidieux qui va se nicher partout et jusque dans nos poumons. Abracadabra, à bas la poussière et vive nos astuces magiques !

Poussière, notre meilleure ennemie…

La poussière ne tombe pas du ciel… enfin, si ! Elle provient essentiellement de l’extérieur de la maison et est constituée de micro-fragments de matières minérales (pierre, terre, bitume…) ou organiques (déchets végétaux ou animaux…) soufflés par le vent et les courants d’air. Si vous habitez par exemple près d’une route très fréquentée, vous avez certainement remarqué l’effet désastreux de ces milliards de particules en suspension sur votre intérieur ! 

Comme si ça ne suffisait pas, la poussière est une ennemie fourbe. Non contente de s’infiltrer partout par la moindre ouverture, elle se cache ensuite dans les coins et recoins, s’accumule sous les meubles et les tapis, derrière les rideaux et au fond des placards. Un peu à la manière des icebergs, ce qu’on en voit n’est que la partie émergée !

On en rajoute une couche ? Notre meilleure ennemie a en plus un super pouvoir : celui de « se charger » en polluants divers et variés, notamment les produits chimiques qu’elle emprisonne dans ses particules, lesquelles vont se nicher aussi dans nos poumons… De nombreux spécialistes ont ainsi mis en évidence les liens entre certains problèmes de santé (allergies, problèmes respiratoires, etc.) et la poussière.

Mauvaise pour la santé et moche pour la déco, décidément, elle a tout pour plaire celle-là !

Aux armes, ménagères !

Bien sûr, il y a dans le commerce des produits qui promettent d’éradiquer la poussière et pour longtemps… Mais en réalité, pour gagner la bataille, il n’y a pas de miracle : il faut de la méthode et utiliser les bonnes armes !

- Fréquence et méthode

Entre celles qui ne passent pas deux jours sans passer un coup de chiffon, et celles qui attendent qu’un rayon de soleil vienne leur rappeler leur mission, difficile d’inscrire dans le marbre une fréquence idéale pour déclencher la chasse à la poussière ! Tout dépend des caractéristiques de votre intérieur, mais aussi de votre degré d’exigence (ou de tolérance). Convenons tout de même qu’un dépoussiérage hebdomadaire est une bonne fréquence de référence ! Mais la méthode compte aussi. Commencez par subdiviser les pièces à épousseter par typologie de surface, puis choisissez le bon produit/accessoire pour chacune d’elles. Dépoussiérez toujours à partir du haut de la pièce (lampes, bibliothèques, murs) et descendez jusqu’aux plinthes, en finissant par les sols. Et faites en sorte de ne pas « soulever » la poussière, car vous ne feriez que la déplacer…

- Éviter le surarmement

Côté matériel, inutile de vous suréquiper ! Votre première arme est l’aspirateur. Choisissez un modèle assez puissant (1800 à 2000 watts de puissance utile) et si possible muni d’un filtre HEPA, qui retient les particules et allergènes comme les larves, le pollen, les moisissures, etc. (particulièrement recommandé en cas d’allergie). Le chiffon microfibres, qui piège la poussière dans ses petites boucles, est votre deuxième incontournable. Apparu il y a une quinzaine d’années (à des prix prohibitifs !), on en trouve aujourd’hui partout, à 1 ou 2 € l’unité. Hyper efficace et quasi inusable, il se lave en machine. Pour l’utiliser, il suffit de l’humidifier et voilà ! Il n’y a pas plus économique et écologique pour épousseter n’importe quelle surface sans aucun produit. Enfin, le plumeau a encore ses adeptes, car il a l’avantage de passer dans les petits recoins et espaces irréguliers. Pour éviter de faire voler la poussière partout, choisissez un modèle en tissu synthétique ou microfibres (il en existe même fonctionnant à l’électricité !). 

Adoptez les bons réflexes

Bon, s’il est techniquement impossible d’empêcher la poussière de s’inviter à la maison, il existe néanmoins des petites techniques pour retarder son retour. On prend note !

- Aération. Indispensable pour renouveler l’air et chasser les polluants (10 min par jour suffisent), elle transporte aussi la poussière ! Nos conseils : en ville ou si vous habitez près d’une grande route, évitez d’ouvrir les fenêtres donnant sur la circulation. Préférez les fenêtres opposées et veillez à ne pas aérer aux heures de pointe. Vous pouvez également placer des boudins devant les portes donnant sur l’extérieur, ce qui barrera en partie le chemin à l’indésirable. Si vous disposez d’une hotte, nettoyez-la régulièrement et n’hésitez pas à la faire fonctionner, elle aspirera une bonne partie de la poussière qui se trouve alentour. Faites de même avec vos systèmes d’aération et/ou de ventilation. 

- Chaussures. Pas à l’intérieur ! Placez un paillasson devant votre porte et un second tapis lavable à l’intérieur pour vous essuyer les pieds, ainsi qu’une paire de chaussons pour chaque membre de la famille. Vous éliminerez ainsi une grosse partie de la poussière et des contaminants transportés par les chaussures.

- Carpettes et tapis. Ils sont utiles pour « piéger » la poussière provenant de l’extérieur, mais pensez à les aérer et à les battre régulièrement (entre deux séances d’aspirateur).

- Gouttes de glycérine dans l’eau de lavage de vos carreaux. Ils n’attireront plus la poussière et se saliront moins vite.

- Meubles en bois. La térébenthine fait des miracles. Mélangez 1/3 d’huile végétale + 1/3 de vinaigre + 1/3 d’essence de térébenthine. Ce mélange nourrit le bois et le rend moins « collant », ce qui retarde les dépôts de poussière... En revanche, ne cirez pas vos surfaces en bois avec excès, car la poussière aura tendance à s’y accumuler plus facilement. 

- Rideaux. Le gros sel fait fuir la poussière. Avant lavage en machine, faites-les tremper dans de l’eau froide légèrement salée. La poussière s’en détachera plus facilement et s’y redéposera plus difficilement une fois secs ! 

- Décoration. La tendance est plutôt aux ambiances épurées, zen ou design. Ça tombe bien : moins de meubles et moins de bibelots = moins de nids à poussière et un ménage plus facile. Allez hop, on se débarrasse du superflu, surtout dans les chambres d’enfants !

Alors, on lui fait sa fête à la poussière ? Même pas peur !

Source : mavieencouleurs.fr